Raquel Garcia-Tomás : la comédie du réel

Commande d'oeuvres 04.03.2021

Je suis narcissiste” : c’est le titre de l’opéra qui a apporté à la jeune compositrice catalane Raquel García Tomás le Prix national de musique dans la catégorie “composition” en 2020.

.

Raquel García Tomás, née à Barcelone, est une jeune compositrice spécialisée dans la création interdisciplinaire, titulaire d’un doctorat du Royal College of Music de Londres. 

En 2017, à travers le Prix “El ojo critico” de la Radio Télévision Espagnole (RTVE), c’est ” l’originalité de sa démarche artistique combinant le langage écrit avec le langage technologique et audiovisuel” qui est salué par la critique.

Une combinaison que l’on retrouve particulièrement aboutie dans “Je suis narcissiste“, écrit par Helena Tornero et mis en scène par Marta Pazos, présenté au Teatro Real à Madrid, puis au Teatro LLure à Barcelone en 2019.

Ces dernière années, ces oeuvres ont été créées dans les plus grandes salles nationales et internationales comme «DIDO Reloaded», produit par Òpera de Butxaca i Nova Creació ou “La Baleine Bleue” une réflexion sur le sacrifice dans la société contemporaine inspiré par le “Sacre du Printemps” d’Igor Stravinsky, écrite par Victoria Szpunberg et mise en scène par Xavier Albertí en 2018.

Sa musique a été interprétée à Barcelone bien sûr, à L’Auditori, au Palau de la Música, au Teatre Nacional de Catalunya; en Espagne au Palau de la Música de València, à l’Auditorio de Zaragoza, au Teatro del Canal ou à l’Auditorio 400 du Musée National Reina Sofía à Madrid. Mais aussi bien au-delà à Berlín, Karlsruhe, Cologne, Stockholm, Viena, Lisbonne, Le Caire ou Buenos Aires et en France à Orleans et à Lyon.

C’est à Londres où elle a résidé pendant six ans qu’elle a réalisé ses projets les plus remarquables en collaboration avec le Ballet national anglais, la Royal British Society of Sculptors et la Royal Academy of Arts.

Aujourd’hui, elle compose un nouvel opéra commandé par l’opéra Liceu de Barcelone: Alexina B., dont le livret original est écrit par l’auteure et poétesse française Irène Gayraud et qui sera mis en scène à nouveau par Marta Pazos.

En lien