Electric Indigo DJ, féministe et pionnière

Brèves connectées 15.05.2021

Suzanne Kirchmayr et Electric Indigo sont une seule et même personne : musicienne, compositrice, DJ, féministe. Figure emblématique de la scène techno en Autriche, Electric Indigo joue sa musique dans les festivals et clubs du monde entier depuis plus de 30 ans.

Si elle fait aujourd’hui figure de vétéran de la scène électro autrichienne, c’est que Suzanne Kirchmayr, alias Electric Indigo, son nom de scène, a commencé sa carrière de DJ à Vienne, où elle est née, le 15 décembre 1965. Ado, c’est le hip hop, le funk et le jazz qui l’éblouissent. Au début des années 1980, elle se laisse porter par la vibe techno et écoute les DJs pionniers : Jeff Mills, DJ Rush et Mike Banks.

De Vienne à Berlin : derrière les platines

En 1989 – elle a 24 ans -, Susanne Kirchmayr commence à mixer dans les bars de sa ville natale. La jeune femme est la première à jouer de la techno dans les clubs viennois, démocratisant ainsi l’accès à une musique encore peu connue dans l’Autriche du début des années 1990. Puis, direction le Berlin en ébullition de l’après chute du mur. Dans l’irrévérencieuse capitale allemande, Suzanne mixe et approfondit sa culture techno, rock, indé et électro dans le légendaire magasin de disque Hard Wax, où elle travaille de 1993 à 1996. A cette époque, Berlin, effervescente ruche où pullulent les scènes underground, rassemble des musiciens et DJs du monde entier. Suzanne Kyrchmair s’affirme ainsi comme l’une des DJ femmes pionnières de la musique électronique.

Trop peu de femmes visibles sur la scène électro

Un constat frappe bien vite la jeune DJ : le peu de femmes actives sur la scène de la musique électronique. D’ailleurs, elle en a vite assez, d’entendre, dès qu’elle se produit, à quel point il est rare de voir une femme derrière les platines. Artiste engagée, elle fonde, en 1998, au début de l’ère internet, un réseau international pour soutenir les artistes féminines dans les domaines de la musique électronique et des arts numériques. Son nom a tout d’un manifeste : female : pressure, la pression féminine. Un pied de nez au sexisme. International, female:pressure offre une immense base de données destinée à donner davantage de visibilité aux artistes femmes, mais aussi transgenres, intersexuées, genderqueer, a-gender, non-binaire… Le réseau rassemble plus de 2000 DJs, compositrices et productrices de près de 80 pays. 

Avant de se produire en solo sous le pseudo d’Electric Indigo (sa couleur favorite), Suzanne s’associe avec d’autres DJ, dans le cadre de vastes projets techno, qu’elle produit elle-même : naissent ainsi « Northstar » avec trois autres artistes autrichiens, en 1993, « Loisaida Sisters » l’année suivante ou encore « VLP » en 2011. En 2003, résolument indépendante, elle a fondé son propre label : Indigo:inc.

La crème des festivals

Les compositions d’Electric Ingido sont créées dans les plus grands festivals électro, à la programmation aventureuse et avant-gardiste : Wien Modern, CTM, Heroines of Sound… La crème de la crème ! Mais Electric Indigo sait quitter le milieu des happy few de l’électro et mixer toute une nuit au Berghain. En plus de trente ans de carrière, Susanne a sillonné les clubs et les festivals de 45 pays. La musicienne compose ainsi pour des clubs, des installations sonores, pour des pièces de théâtre et même des courts métrages.

Festival Exhibitronic, DJ set à Strasbourg le 4 septembre 2020

Reconnaissance institutionnelle…

Electric Indigo est honorée par de nombreux prix, dont la mention d’honneur au Prix Ars Electronica en 2009. En 2013, elle obtient du Ministère fédéral autrichien de l’éducation, des arts et de la culture la subvention nationale pour la composition.

C’est l’année de Abstrial, un opéra radicalement contemporain de Paola Bianchi, Ivan Fantini, Pia Palme et Electric Indigo:

… Mais éternelle bad girl !

Son dernier album, résolument expérimental est sorti en 2018, s’appelle 5 1 1 5 9 3, paru sous le label « Imbalance Computer Music ». Objets métalliques et voix humaines s’entremêlent au fil des tracks, pour raconter une véritable histoire sonore, non dénuée de zones d’ombres… 

Avec 32 albums à son actif, Electric-Susanne Indigo-Kyrchmair, artiste rare qui porte haut et fort les valeurs de la musique électronique et l’ouverture d’esprit comme étendard, n’est pas prête de cesser de bâtir ses passerelles entre les mouvances techno et les autres musiques, pourvu qu’elles soient conceptuelles et audacieuses.

Suzanne Gervais

Photos©heller
Photo© Elsa Okazaki

En lien