Un été sans frontières La playlist Hémisphere son

Playlist 26.08.2021

Sillonnant les festivals et les paysages musicaux de France, traversant l’Equateur et le Pérou à pied ou en vélo : Michèle Tosi, Anne Montaron, David Sanson et Suzanne Gervais vous transportent d’une émotion à l’autre; drôles, mélancoliques, posthumes ou bien vivants, leurs choix et leurs goût éclectiques et aventureux tissent et bruissent à nos oreilles attentives.

Les rencontres musicales de Michèle Tosi

Sarabande de la Partia n°2 BWV 1004 aux ondes Martenot par Cécile Lartigau, entendue au festival Messiaen au Pays de la Meije où l’interprète était en concert, le 27 juillet. 
Violoniste de formation, Cécile Lartigau a également fréquenté la classe d’ondes Martenot de Nathalie Forget au CNSMD de Paris dont elle est lauréate. L’onde Martenot est un des premiers instruments électroniques de l’histoire de la lutherie (1920) dont elle joue le répertoire existant et sur lequel elle pratique en experte l’improvisation et également la transcription.

Pandorasbox pour bandonéon de l’Argentin Mauricio Kagel est une scénette de théâtre musical sollicitant le geste, la voix et les muscles de l’interprète, avec humour et virtuosité, l’instrumentiste étant amené à tourner sur son tabouret en jouant et à lutter avec un bandonéon parfois « récalcitrant ». La pièce a été jouée en plein air lors d’un concert-Aubade, le 28 juillet, dans les Jardins du Lautaret à 1400 mètres d’altitude par l’accordéoniste Jean-Étienne Sotty.

Conca Reatina – Ruban de Möbius : c’est une longue arabesque aux contours microtonaux aussi vertigineuse que finement conduite écrite par Philippe Leroux pour Claude Delangle, saxophoniste et pédagogue à la renommée mondiale dont l’interprétation fulgurante nous a captivé (CD BIS 2020). La pièce est précédée de Syrinx de Debussy, écrit pour flûte et transcrit au saxophone soprano par l’interprète.

Un été sans frontières de David Sanson

Floating Points / Pharoah Sanders / London Symphony Orchestra : Promises (2021)
Parue sur le label Luaka Bop de David Byrne, la collaboration entre le musicien électronique britannique Sam Shepherd, alias Floating Points, le géant du saxophone Pharoah Sandeers, 80 ans, et le London Symphony Orchestra enchante et transporte. Promises est un disque intemporel et contemplatif où la trompette semble planer sur un entrelacs de textures diaphanes : un mélange qui, une fois n’est pas coutume (on mentionnera tout de même l’album Lageos, collaboration entre le brillant musicien électronique Actress et le London Contemporary Orchestra, parue en 2018), tient toutes ses promesses.

Jon Hassell : Fourth World, Vol. 1: Possible Musics (1980)
En à peine une semaine, cet été 2021 aura vu la disparition de trois immenses musiciens : le compositeur néerlandais Louis Andriessen, né en 1939 et mort le 1er juillet ; l’iconoclaste pianiste et compositeur américain Frederic Rzewski, né en 1938 et mort le 26 juin ; et enfin, le même jour, son compatriote, le trompettiste Jon Hassell (né en 1937). Après avoir œuvré aux côtés de La Monte Young, Terry Riley, Pandit Prân Nath, entreprit avec Brian Eno de défricher en studio un « 4e monde », dépourvu de frontières, dont le souffle continue d’irriguer le nôtre. Sa trompette au son reconnaissable entre tous, entre orgue et vent, aura habité nombre d’albums essentiels des 40 dernières années, à commencer par ceux de David Sylvian.

Jean-Louis Florentz : Qsar Ghilâne Op.18
J’aurai pour ma part passé une partie de l’été en compagnie de la musique de Jean-Louis Florentz, redécouverte en écoutant la remarquable série d’émissions que lui consacrait Renaud Machart en 2014, sur France Musique, à l’occasion des 10 ans de sa mort. Bien qu’elle compte à peine une vingtaine d’opus et quelques heures de musique, l’oeuvre de ce musicien trop tôt de disparu, amoureux de l’Afrique et de ses cultures,  continue de vibrer avec une force peu commune. Sans doute parce que derrière la somptuosité de ses couleurs, la subtilité de sa dramaturgie sonore, elle est porteuse d’un message humaniste d’une brûlante actualité, affirmation « qu’une confluence des cultures s’avère plus que jamais nécessaire aujourd’hui », selon les mots de Fabrice Contri.

A la croisée des chemins d’Anne Montaron

Alexandros Markeas nous surprendra toujours par son esprit joueur et malicieux, ce qui n’empêche pas ce compositeur-pianiste-improvisateur d’avoir recours à la technologie la plus sophistiquée ! 
C’est ce qui se passe dans Music of Choices, créée au festival manifeste le 16 juin dernier, une performance présentée comme un happening musical avec jeux interactifs, auxquels le musicien prend part aux claviers. L’idée est celle d’un dialogue instantané entre le pianiste, la machine et le public. Joli pari que celui-là : le public est tellement rarement sollicité au concert !

Lola Malique est violoncelliste et ardente interprète des musiques qui s’écrivent aujourd’hui, mais ce qu’elle nous révèle dans son album Le Meilleur lit, c’est qu’elle compose et chante aussi ! Bel objet que cet album né de sa rencontre avec le poète Abdellatif Laâbi, enregistré la nuit sous les voûtes de la Basilique Saint-Denis et à l’Institut du Monde arabe. Les mots et les sons dansent autour des tombeaux des rois et reines de France et derrière les moucharabiehs de l’Institut du monde arabe. Musique inclassable, à la croisée des chemins et des cultures…

Les disques de la compositrice grecque Georgia Spiropoulos sont rares ! Vient de paraître sur le label Eole l’album «  Fonotopia », sur lequel on retrouve la splendide pièce «  Roll…n’Roll…n’Roll », créée dans sa version brève sur France musique en 2015 (émission Alla Breve), puis dans sa version longue peu après au Festival Manifeste de l’IRCAM à l’occasion d’un portrait de la compositrice. On y retrouve une figure incontournable de la harpe contemporaine, Hélène Breschand, à qui la pièce est dédiée. Au coeur de cette pièce envoûtante, une harpe à deux visages, d’un côté les sons acoustiques de l’instrument, de l’autre les sons issus de préparations électroniques…

Découvertes équatoriennes et péruviennes avec Suzanne Gervais

Albazo de Leonardo Cardenes Palacios (1968).
Compositeur, pianiste, chef d’orchestre et production équatorien, Leonardo Cardenes Palacios a déjà une longue et riche carrière derrière lui à Quito. D’origine lojana, il mêle depuis toujours l’académique et le populaire. Il est actuellement le directeur musical de l’Ensemble In Tempore et du jeune trio Tritono.

Beto Kele, issu de l’album Planetario, du groupe Novalima.
A Lima, les quatres musiciens de Novalima et leurs nombreuse invité.es, partagent tous une passion commune pour la musique traditionnelle afro-péruvienne et la culture DJ et les sons électroniques. Ils sont connus mondialement pour leur volonté de briser les frontières et unir les genres, les communautés et les générations apparemment irréconciliables.

Visiones de la realidad de Hamann, Pérou
L’expérimentation sonore, avec des résonances cosmiques et rituelles, est une tradition de la scène expérimentale underground de Lima. Elle y est profondément enracinée et fait partie d’une culture ancestrale. Hamann est l’un des grands explorateurs sonores de ces visions cosmiques. Sur le label exploratoire Buh records, de Luis Alvarado, un des pionniers de la scène underground de Lima.

Photo © Anish Kapoor

En lien